Plage de la région de Porto

Les 8 plus belles plages secrètes de Corse

L’île de Beauté n’a pas volé son nom. On est peut-être légèrement chauvins sur ce coup-là, mais la Corse peut se vanter de compter des plages parmi les plus belles du monde. Oui, rien que ça. Pas besoin d’aller chercher les Caraïbes quand on a de si belles étendues à quelques centaines de kilomètres de la maison. Quant à ceux qui ont la chance d’habiter sur place, sachez qu’on est jaloux. Très jaloux. Rendons hommage à la Nature avec ce classement non exhaustif des plus belles plages du département :

Plage de Cupabia

Il y a deux façons de rejoindre la plage de Cupabia. Par bateau, pour ceux qui ont les moyens. Ou à pied, en s’enfonçant dans un maquis sec et piquant. Facile d’imaginer pourquoi la plage est délaissée des flux touristiques. Sur place, vous bénéficiez d’un sable blanc ourlé d’eaux translucides à la pente douce, idéale pour les familles. C’est l’une des plages les plus préservées de la région de Propriano. Vous trouverez par ailleurs de bons petits restaurants aux alentours, mais rien sur la plage.

Plage d’Erbaju

Pour pouvoir vous baigner aux pieds du Lion granitique de Rocapina, il faudra y mettre un peu du vôtre. Au choix, une balade de 30 minutes en plein cagnard. Ou des pistes défoncées difficilement empruntables sans 4X4 (on plaint d’avance les voitures de loc…). Revers agréable de la médaille, vous serez probablement seul au monde sur cette belle plage de sable fin, même en haute saison. 2 kilomètres de pur bonheur qui s’étend vers de minuscules criques encore plus isolées. Pas la peine de vous encombrer d’un parasol, les genévriers qui bordent la plage feront parfaitement le boulot ! Pensez par contre à prendre des gourdes remplies d’eau.

Plage de Mare E sole (plage d’Argent)

Pour prendre pleinement conscience de la splendeur des environs, commencez par monter au pénitencier de Coti-Chiavari. Perché sur votre promontoire, vous pourrez alors admirer la beauté naturelle de la plage d’Argent. L’eau est cristalline et le sable farineux. En grossissant légèrement le trait, on pourrait presque se croire aux Seychelles. Les plus chanceux auront l’occasion de croiser des dauphins qui jouent dans ses eaux chaudes. Quant aux aventuriers, ils pourront s’élancer du haut des rochers qui parsèment le bord de mer.

Plage de Saleccia

Un peu moins secrète que les plages précédentes, la plage de Saleccia n’en démérite pas moins de sa beauté. Encore une fois, l’accès n’est pas simple. A pied, il faut compter cette fois plusieurs heures de marche dans une atmosphère relativement poussiéreuse. On ne le conseille pas, surtout par fortes chaleurs. Le plus simple est d’y venir par la route (mais uniquement accessible aux 4X4 car les 12km de piste sont cabossés) ou par la mer. Deux bateaux, le Popeye et le U Saleccia, font la navette toutes les heures. Comptez une trentaine d’euros pour rejoindre cet Eden méditerranéen.

Plage de Roccapina

On ne va pas vous mentir, la plage est relativement bondée en été. Petite astuce pour ne pas souffrir comme les autres : continuez le chemin en voiture. La majorité des touristes laissent leur voiture à 4km de la plage. Mais seul le début de la route est défoncé. Ensuite, ça va beaucoup mieux. Sur place, il n’y a absolument rien. Pas de parasols ou de transats, ce qui devient de plus en plus rare en Corse. Prévoyez de quoi boire, il y a très peu d’endroits pour se protéger du soleil. Au coucher de soleil, c’est sublime. Le lion éponyme et la tour génoise semblent veiller sur le soleil couchant. Incontournable.

Plage de Tonnara

Au Sud, en face de l’îlot de Sartène, la plage de Tonnara est un petit paradis pour les familles. Il y a certes un grand parking, mais la fréquentation est tout à fait acceptable. Dès que l’on s’aventure vers la plage, les bâtiments s’effacent pour laisser place à un cadre préservé. Plus on s’enfonce sur la plage plus on trouve des petites criques. Les enfants peuvent s’y ébattre tranquillement, sans aucun risque pour la baignade. Quant aux parents, libre à eux de les suivre dans leurs jeux aquatiques ou de lézarder au choix sur le sable grossier ou les rochers.

Cala Genovese

La plage tient son nom de la tour de Santa Maria, vieille relique qui tient les lieux. Pour y accéder, il faut impérativement emprunter le sentier des Douaniers. La marche est longue (1h) mais vous serez récompensés par cette belle bande de sable sauvage dans un cadre sauvage. Vous pourrez profiter de ses 150 mètres en toute tranquillité. Vous n’y verrez pas grand monde, même au mois d’août.

Cala d’Agulia

Bon, vous commencez à comprendre le secret. Plus les plages sont difficiles d’accès, plus vous aurez de chances d’être isolé. Là, on est sur une championne du genre avec 3h de marche au cœur du maquis et en grimpant sur des rochers. C’est une excellente occasion de découvrir la richesse naturelle des terres intérieures de la Corse. La récompense est de taille : une petite crique adorable complètement coupée du monde aux eaux placides. Votre paradis privé.

Encore une fois, on aurait pu continuer longtemps tant la Corse regorge de trésors maritimes. Mais si ces plages sont aussi belles, c’est aussi parcequ’elles ne souffrent pas encore du surtourisme. Laissons donc aux voyageurs le plaisir de la découverte. L’île de Beauté vous offrir ses plus beaux secrets si vous vous donnez la peine de la découvrir à pied, en longeant les nombreux sentiers de randonnée qu’elle offre.
En attendant, retrouvez nous et posez vos questions sur nos réseaux sociaux !